UNE INAUGURATION SOUS LE SIGNE DE L’OPEN INNOVATION

Retour en image sur l'évènement

 


Un parrain, exemplaire et inspirant pour la Nouvelle Chaire BALI

Olivier Lapidus, directeur artistique de Lanvin, a inauguré le 30 novembre 2017 la Chaire « Biarritz Active Lifestyle Industry » dont il est le parrain.

Dans sa keynote « Haute couture et technologie, la transversalité industrielle », il a présenté son parcours dans l’univers de la Mode, de ses premières créations à l’ouverture de sa Maison de Couture Digitale en 2017.

Avant-gardiste et passionné par les nouvelles technologies, Olivier Lapidus a toujours concilié luxe et innovation dans son travail. Ses recherches se sont notamment orientées vers l’intégration de l’électronique dans le vêtement, les textiles micro-encapsulés ou à énergie solaire, la dentelle fractale, mais aussi de nouvelles fibres à bases de plantes et de nombreuses techniques d’impression.

C’est sa démarche, en rupture avec les approches classiques, qui a motivé les quatre partenaires de la nouvelle Chaire BALI (Biarritz Active Lifestyle Industry), ESTIA l’Ecole d’ingénieurs de la CCI Bayonne Pays Basque, le leader mondial LECTRA, la Fondation Today Tomorrow Textiles et JPS Conseil.

Comme l’a souligné Mikel Charritton, 1er vice-président de la CCI Bayonne Pays Basque (représentant André Garreta, président), en ouverture de cette journée, le parcours d’Olivier Lapidus est exemplaire et inspirant pour cette nouvelle Chaire qui a pour objectif d’accompagner la filière Textile à transformer les défis soulevés par les nouveaux modes de vie et de consommation en autant d’opportunités économiques.

 


Une Chaire centrée sur le Lifestyle et les besoins du consommateur

Créée en juillet 2017, la Chaire a pour ambition de devenir un centre d’information et de recherche sur les disruptions technologiques à venir pour l’industrie de la mode.

Par ses travaux, la Chaire s’attachera à :

  • Accompagner l’écosystème de la mode, de la création textile à l’omnicanal.
  • Transformer les défis soulevés par les nouveaux modes de vie et de consommation en autant d’opportunités économiques.
  • Donner à l’industrie de la mode les leviers pour dynamiser la consommation.

Cinq axes de réflexion orienteront les travaux de la Chaire pour ses trois premières années d’activité :

/1/ La digitalisation de la matière.
/2/ La responsabilité sociétale des entreprises (RSE) de mode et la traçabilité.
/3/ L’automatisation des processus de développement et de production.
/4/ L’industrie de la mode 4.0.
/5/ La production à la demande.

Dès à présent, la Chaire propose aux acteurs de la filière – qu’ils soient issus du luxe, du prêt-à-porter, du sportswear, du lifestyle ou des filières amonts –d’intégrer le dispositif et de se mobiliser pour devenir acteur-contributeur des disruptions à venir et s’inscrire dans une dynamique d’innovation porteuse de réussite économique.

 


Deux tables rondes autour de l’innovation et de la disruption

Les deux tables rondes, qui ont suivi la présentation de la Chaire et la keynote d’Olivier Lapidus, ont permis des échanges enrichissants entre des acteurs de la mode et des entreprises du secteur. Les débats étaient animés par Claudia Courtois, journaliste, correspondante pour Le Monde et Le Point.

  • Table ronde « L’innovation : un levier pour dynamiser la consommation dans l’industrie de la mode » avec :

— Alain Bogé - Professeur en stratégie internationale,
— François Laterrade et Peio Lizarazu – Boardriders Group
— Pascal Amet - Responsable programme Usine du Futur Conseil régional Nouvelle-Aquitaine,

Les échanges se sont appuyés sur les 4 enjeux clés pour les entreprises de l’univers du textile, présentés par Alain Bogé, ainsi que les expériences terrain de Boardriders Group et les dispositifs impulsés par le Conseil régional autour de l’Usine du Futur.

Les 4 enjeux clés du secteur (Alain Bogé) :

/1/ Regagner le lien avec le consommateur. C'est-à-dire travailler sur la valeur ajoutée qui sera amenée par l’innovation. Favoriser l’inventivité et le dynamisme qui permettra de raconter une histoire et prodiguer une réelle expérience de marque (du type Patagonia, Veja…)
/2/ Etre différent. Dans un ère d’hyper-concurrence, il y a pléthore de marques et de chaines de distribution textile, l’axe de différenciation est donc l’offre. Il s’agit de bâtir une stratégie internationale en s’adaptant aux marchés étrangers qui sont également demandeurs d’innovation.
/3/ Innover. Re-positionner le consommateur au centre du process de conception et de fabrication et créer un lien continu d’échanges. Remettre du rêve dans l’imaginaire, du bien dans la conception des offres produit + service + matières.
/4/ Coopérer. Faire évoluer les Produits vers les vrais besoins des consommateurs, c’est organiser/favoriser la coopération entre les ingénieurs, les analystes datas, les sociologues, les créatifs, les associations et… les clients. Les territoires ont leur carte à jouer car leur taille humaine leur permet de mieux coopérer.

  • Table ronde « Les approches disruptives pour retrouver de l’attractivité dans l’offre produit et optimiser les processus » avec :

— Pascal Denizart – Directeur du CETI pour la Fondation Today Tomorrow Textiles
— Philippe Ribera - Vice-président Innovation Lectra
— Olivier Larre – Responsable ESTIA-Tech
— Jean-Pierre Mocho – Président de JPS Conseil

L’approche de Pascal Denizart (CETI) a porté sur la performance des matières (structure textile), les SMART textiles, la transformation digitale au service du produit et de la dimension RSE (Responsabilité Sociétale et Environnementale) à donner à la filière Textile pour limiter son empreinte environnementale et passer en mode « économie circulaire » par l’Upcycling.

Quant à Philippe Ribéra, vice-président de LECTRA, leader mondial des logiciels et machines de découpe au service des entreprises du textile, son intervention a porté sur les quatre tendances qui façonnent l’avenir des clients du textile :

  • la génération des Millennials (nouvelles attentes de personnalisation et « bien-aller parfait », expérience client…),
  • les transformations de la Chine (moins compétitive, besoin de produire plus pour ses propres consommateurs),
  • la digitalisation de l’industrie de la mode
  • et son entrée dans l’industrie 4.0 avec ses défis à relever (données, esprit agile, nouvelles compétences, hyper-connectivité, technologies 4.0)

Olivier Larre représentait ESTIA TECH, l’interface de l’école d’ingénieurs pour les projets innovants des entreprises. La mission d’ESTIA TECH est d’accompagner les entreprises dans leur recherche de solutions technologiques, de compétences et de formations pour leurs projets innovants et de stimuler la recherche collaborative en s’appuyant sur les ressources, les équipements de l’ESTIA et son écosystème. Il a rappelé toute l’importance de la thématique de l’Usine du Futur pour l’ESTIA, ainsi que ses applicatifs dans l’industrie de la mode.

Jean-Pierre Mocho est ensuite intervenu en tant que grand témoin, et initiateur de la Chaire Biarritz Active Lifestyle Industry. Ancien fabricant en lien avec de grandes marques françaises, il a été président de l’Union française des industries de l’habillement puis de la Fédération française du prêt-à-porter féminin. Pour lui, l’enjeu de la filière textile et de la Chaire est de replacer le consommateur au cœur de la conception, des process de fabrication et de la commercialisation.

 


Démonstrations et pitchs de solutions innovantes
par trois entreprises de l’écosystème ESTIA et de l’univers du Textile

  • Bolid’ster - Pierre-Henry Servajean

Bolid’ster est la marque française des jeans les plus fiables au monde.Fabriqués en ARMALITH2.0, tissu ultra résistant réalisé à partir de fibre aérospatiale (UHMWPE), inventé par Pierre-Henry Servajean, les jeans Bolid’ster sont conçus pour être infaillibles en cas de rencontre incontrôlée avec l’asphalte et pour assurer une durabilité et un confort extrêmes.

  • Tothefit – Alain Sanchez

TO THE FIT propose des solutions de patronage innovantes pour les marques, les bureaux de style et les professionnels de l’habillement.Sébastien Raffin et Alain Sanchez, fondateurs de la société TO THE FIT, sont modélistes de métier, ils connaissent la valeur d’un bon fit.Ils proposent des solutions innovantes qui permettent d’améliorer significativement la qualité des patronages de leurs clients tout en accélérant le temps de développement de leurs collections.

  • Lastage – Romain Jamet

Lastage est une marque de Boardshorts éco-responsables. Le coton employé est certifié biologique (via le label "Organic Exchange").Il est cultivé dans la région Western en Turquie. Le choix de réaliser leurs produits en 100 % coton biologique n'est pas anodin et vient enrichir l’engagement de la marque pour la réalisation d’un produit éco-conçu, de qualité et de le suivre de sa naissance jusqu'à sa fin de vie. Certains Boardshorts sont conçus en « Repreve », savant mélange de bouteilles en plastique recyclées (polyester recyclé) et de spandex (garantissant l'élasticité, la technicité et le confort). Ils allient ainsi respect de l'environnement et performance.

 

 


Conclusion de Patxi Elissalde, Directeur Général de l’ESTIA

Cette journée d’inauguration a rassemblé des acteurs majeurs du secteur au cœur de l’école d’ingénieurs ESTIA. Patxi Elissalde, son directeur général, a conclu cet événement et rappelé l’importance de cette nouvelle étape dans le développement de l’ESTIA dont l’ambition est de devenir un des leaders dans le domaine de l’industrie du futur. L’école mobilisera ses ressources en matière de recherche et d’enseignement, ainsi que le Business Innovation Center Olatu à Anglet, dédié au secteur de la glisse, naturellement orienté vers le textile.